Mt 6, 1-6.16-18 comme le semeur, semons des promesses d’avenir en tout…

Publié le par Père Jean-Luc Fabre

Matthieu 6, 1-6.16-18 Comme les disciples s'étaient rassemblés autour de Jésus, sur la montagne, il leur disait : « Si vous voulez vivre comme des justes, évitez d'agir devant les hommes pour vous faire remarquer. Autrement, il n'y a pas de récompense pour vous auprès de votre Père qui est aux cieux. Ainsi, quand tu fais l'aumône, ne fais pas sonner de la trompette devant toi, comme ceux qui se donnent en spectacle dans les synagogues et dans les rues, pour obtenir la gloire qui vient des hommes. Amen, je vous le déclare : ceux-là ont touché leur récompense. Mais toi, quand tu fais l'aumône, que ta main gauche ignore ce que donne ta main droite, afin que ton aumône reste dans le secret ; ton Père voit ce que tu fais dans le secret : il te le revaudra. Et quand vous priez, ne soyez pas comme ceux qui se donnent en spectacle : quand ils font leurs prières, ils aiment à se tenir debout dans les synagogues et les carrefours pour bien se montrer aux hommes. Amen, je vous le déclare : ceux-là ont touché leur récompense. Mais toi, quand tu pries, retire-toi au fond de ta maison, ferme la porte, et prie ton Père qui est présent dans le secret ; ton Père voit ce que tu fais dans le secret : il te le revaudra. Et quand vous jeûnez, ne prenez pas un air abattu, comme ceux qui se donnent en spectacle : ils se composent une mine défaite pour bien montrer aux hommes qu'ils jeûnent. Amen, je vous le déclare : ceux-là ont touché leur récompense. Mais toi, quand tu jeûnes, parfume-toi la tête et lave-toi le visage ; ainsi, ton jeûne ne sera pas connu des hommes, mais seulement de ton Père qui est présent dans le secret ; ton Père voit ce que tu fais dans le secret : il te le revaudra. »

 

Ce passage de l’Ecriture est le porche habituel d’entrée du temps du carême, nous le retrouvons aujourd’hui dans le quotidien des jours… Mais la parole de Dieu n’est-elle pas vraie en tout lieu, en tout temps ? Alors que nous dit-elle aujourd’hui ?

Peut être bien cela. Notre temps pour être pleinement lui-même doit être tendu vers un avenir, une promesse, une attente… un vide, un appel… Sinon nous risquons fort de nous centrer sur nous-mêmes et plus que nous-mêmes sur la sensation d’exister… en coupant le temps de sa sève véritable qui consiste à nous amener plus loin, à contribuer à notre devenir…

Aujourd’hui, s’ouvrir au devenir c’est commencer à enfouir dans le secret notre être… non comme la personne qui cache son talent, mais comme le semeur qui attend la moisson. Que chacun de nos actes soit pour une part promesse d’avenir… avec notre Père, avec nos frères, que l’attente nous irrigue…

Vivre ainsi donne place à tous les autres, me décentre de moi-même, me donne d’exister justement, jetons nos filets, recherchons la drachme perdue, allons à la découverte de la brebis perdue… Offrons ce temps à l’action de Dieu, ne faisons rien sans Lui, sans les autres, acceptons de devenir simple ride de son amour… donnons une chance à l’autre… risquons nous à écouter profondément… recueillons dans le secret ce qui nous sera donné, retournons le dans ce grand secret qui donne à tout de mûrir…

Père Jean-Luc Fabre

image http://phusis.ch/michel/wp-content/uploads/2012/09/Semeur-d%C3%A9toiles-300x295.jpg

Mt 6, 1-6.16-18 comme le semeur, semons des promesses d’avenir en tout…