Mystère de l’Avent, attente du Roi qui vient nous sauver

Publié le par Père Olivier de Framond

Les textes liturgiques nous invitent sans cesse à rester éveillés et à relever la tête pour entrer dans le temps de l’Avent ! Comme si l’Avent était un temps  de bagarre impossible. Aujourd’hui, nous sommes déjà dans le temps de l’Avent. Quand tout pousse à baisser la tête, c’est  là qu’il faut la relever ! Crise ici et là ? Le monde explose ? Je n’ai plus de force, plus de jus ? Bientôt un crash boursier, paraît-il ?... Ce serait le signe que vient la Vie ? Elle est devant, le jour du Fils de l’Homme vient ! Le signe d’espérance qui me fait rester éveillé, prier en tout temps et relever la tête, c’est que les ennuis et catastrophes en tous genres arrivent ? Déjà rester éveillé est au-dessus de mes forces à l’Avent ; à cette période, ma tendance est plutôt à baisser la tête et même ronfler en réunion de communauté. Le libérateur, je l’ai attendu, comme Pierre ou les disciples d’Emmaüs. Certains ont baissé les bras, comme Judas. Il n’a pas reconnu Celui qui donne la paix. Le signe de la venue du Fils de l’Homme, c’est la Passion du Christ, où s’effondrent nos repères, nos fondements. Le signe qu’il vient, dit l’évangile, ce sont nos peurs, les cieux qui foutent le camp… C’est là que je dois relever la tête et espérer !

Mystère de l’Avent, déjà mystère de Pâques… Relevez la tête, priez en tout temps. En toute situation, restez debout, jusqu’au bout, jusqu’à ce que passe tout ce qui doit arriver. L’Avent est ce temps qui appelle à sortir de tous nos centrements sur des choses vaines, car la Vie, l’Essentiel, vient, au-delà. Hier au réveil, dans le couloir obscur, le clown – une session avait lieu, « la Parole de Dieu en clown », animée par une personne que j’appelle « le clown » – [i] s’est fait surprendre comme un voleur par un retraitant qui passait. Gros choc, cœur qui bat, émotion terrible, il a suffi que quelqu’un passe et tout s’ébranle. Le jour du Fils de l’Homme  viendra de la même façon. Le clown a fini par l’accueillir : il était là, une heure après, vivant ! Ouf. Les conflits, les ébranlements, les peurs, tout ça doit arriver. L’Avent vient disposer les cœurs à obéir au réel et à croire en la Vie : elle est devant, jusqu’au bout, et viendra le Fils de l’Homme !

L’Avent, c’est un ciel qui s’ouvre, ce n’est pas moi qui vais à Lui, c’est lui qui vient à ma rencontre, le ciel, l’Ami qui vient à moi ; le Fils de l’Homme, c’est ce que nous sommes appelés à devenir ! Comme le Père vers son prodigue, il vient à moi, enfant, couple, pèlerin, brebis perdue et retrouvée. Il précède mon retournement. Il précède ma mort. Alors Il peut me recevoir dans son cœur. Le jour du Fils de l’Homme, c’est l’essor d’un germe de justice qui rassemble l’irrassemblable : nous, tous, les uns avec les autres, les uns devant les autres. Le besoin de se blinder, de se faire peur, de dominer, de s’exclure, ne sera plus… Voici le ciel bleu qui vient vers nous, le Fils. Il vient, au-delà de mes limites, il vient dans mes assoupissements, mes tremblements de tous genres, Il vient à ma rencontre …  Il vient nous sauver [Psaume : Ps 84 (85), 9ab.10, 11-12, 13-14 du lundi 2e semaine de l’Avent]

Père Olivier de Framond

photo http://www.a-baechler.net/photos/939-neige-ciel-bleu.jpg

[i] Le Père de Framond travaille dans un centre spirituel et fait ici référence à une personne participant à une session clown et spiritualité.

Publié dans textes de framond