Proposition du Pape François : aujourd’hui, demain, lire les Béatitudes et Matthieu 25

Publié le par Jardinier de Dieu

Le Salut de Dieu ne vient pas des choses grandes, du pouvoir ou de l’argent, des cordées cléricales ou politiques, mais des choses petites et simples : c’est ce que le Pape a rappelé lors de la messe matinale de ce lundi 29 février 2016, à la chapelle de la Maison Sainte-Marthe.

La Salut vient de la simplicité des choses de Dieu, pas des puissants.

Les lectures du jour [2R5, 1-15a ; Ps 41(42), 2,3 ; 42(43), 3,4 ; Lc 4, 24-30] nous parlent du dédain : un lépreux s’indigne, Naaman le Syrien, qui demande au prophète Élisée de le guérir, mais n’apprécie pas le mode simple dans lequel cette guérison devrait advenir. Et les habitants de Nazareth s’indignent face aux paroles de Jésus. C’est l’indignation face au projet de Salut de Dieu qui ne suit pas nos schémas. Ce n’est pas «comme nous pensions que devait être le Salut, ce Salut que nous voulons tous». Jésus sent le «mépris» des «docteurs de la Loi qui cherchaient le Salut dans la casuistique de la morale» et dans tant de préceptes, mais le peuple n’avait pas confiance en eux :

«Les sadducéens qui cherchaient le Salut dans les compromis avec les pouvoirs du monde, avec l’Empire… Les uns unis avec les cordées cléricales, les autres avec les cordées politiques, ils cherchaient le Salut comme ça. Mais le peuple avait du flair, et il ne croyait pas. Si, il croyait à Jésus car il parlait "avec autorité" . Mais pourquoi ce dédain ? Parce que dans notre imaginaire, le Salut doit venir de quelque chose de grand, de quelque chose de majestueux. Seuls nous sauvent les puissants, ceux qui ont la force, qui ont de l’argent, qui ont du pouvoir : ceux-là peuvent nous sauver… Mais le plan de Dieu est tout autre ! Ils s’indignent parce qu’ils ne peuvent pas comprendre que le Salut vient seulement du petite, de la simplicité des choses de Dieu.»

Les deux piliers de l’Évangile qui indignent

«Quand Jésus fait la proposition de la voie du Salut, a poursuivi le Pape, il ne parle jamais de grandes choses» mais «de petites choses». Ce sont «les deux piliers de l’Évangile»  qui sont lus dans l’Évangile de Matthieu, les Béatitudes, et dans le chapitre 25, le Jugement final : «Viens, viens avec moi parce que tu as fait ceci».

«Des choses simples. Tu n’as jamais cherché la Salut ou ton espérance dans le pouvoir, dans les cordées, dans les négociations… non… tu as fait simplement cela. Et cela en indigne beaucoup. Comme préparation pour Pâques, je vous invite – moi aussi, je le ferai – à lire les Béatitudes et à lire Matthieu 25, et penser et voir si quelque chose de cela m’indigne, me retire la paix. Parce que le dédain est un luxe qui seuls peuvent se permettre les vaniteux, les orgueilleux. Jésus déclare « bienheureux celui qui ne se scandalise pas de moi», qui n’a pas dédain pour cela.

La folie de la Croix

Le Pape a ainsi conclu son homélie : «Cela nous fera du bien de prendre un peu de temps, aujourd’hui, demain, de lire les Béatitudes, de lire Matthieu 25, et d’être attentifs à ce qui succède dans notre cœur : demander la grâce de comprendre que l’unique voie du Salut est la folie de la Croix, c’est-à-dire l’annihilation du Fils de Dieu, de se faire petit. Représenté ici, dans le bain du Jourdain ou dans le petit village de Nazareth.»

(CV) Homélie du Pape François, 29 février 2016. http://www.news.va/fr/news/homelie-du-pape-francois-cest-la-simplicite-de-die

Publié dans Pape