Rm 8, 18-23 Le devenir est en tous, pour tous… La Gloire de Dieu !

Publié le par père Jean-Luc Fabre

Ce mouvement de la révélation de Dieu entraine la révélation de la création, il ne cesse de se poursuivre, Paul en donne le récit. Recevons le entièrement !

 

Que ce témoignage aide chacun à le percevoir et de là à y contribuer à sa place. Ce mouvement est ce qui nous retire du non-sens où sans lui nous serions. Découvrons que le mouvement du retour est le mouvement de la vie, que notre vie n’a de sens que dans la louange et dans la transmission de celle-ci à d’autres, ces autres qui sont bien plus que seulement les humains. Tout dans le cosmos est en mouvement, tout est porté par Dieu, tendu vers Dieu…

 

Et cela nous l’affirmons et nous le vivons avec tout le savoir que nous avons pu accumuler et que nous continuons à accumuler sur le monde, les autres créatures… notre cœur, notre esprit, sont appelés à grandir, à s’ouvrir toujours davantage… Ce chemin passe par l’acceptation des tensions, par l’acceptation de l’attente. Il entraine une souffrance, celle du devenir, celle de l’attente. Ce mouvement nous implique, nous saisit. Nous nous offrons aussi à cette attente, à cette espérance, à cet inconfort du devenir… Par là nous devenons êtres de louange, par là nous apprenons à vivre pour Lui, pour eux et non sur nous…

 

Romains 8, 18-23 Frères, j'estime donc qu'il n'y a pas de commune mesure entre les souffrances du temps présent et la gloire que Dieu va bientôt révéler en nous. En effet, la création aspire de toutes ses forces à voir cette révélation des fils de Dieu. Car la création a été livrée au pouvoir du néant, non parce qu'elle l'a voulu, mais à cause de celui qui l'a livrée à ce pouvoir. Pourtant, elle a gardé l'espérance d'être, elle aussi, libérée de l'esclavage, de la dégradation inévitable, pour connaître la liberté, la gloire des enfants de Dieu. Nous le savons bien, la création tout entière crie sa souffrance, elle passe par les douleurs d'un enfantement qui dure encore. Et elle n'est pas seule. Nous aussi, nous crions en nous-mêmes notre souffrance ; nous avons commencé par recevoir le Saint-Esprit, mais nous attendons notre adoption et la délivrance de notre corps.

Rm 8, 18-23 Le devenir est en tous, pour tous… La Gloire de Dieu !