Tousaint - le peuple de ceux qui cherchent la Vie, la Joie…

Publié le par Père Olivier de Framond

Demain nous fêterons les morts. Aujourd’hui, c’est tous, les morts et les vivants ! Alors bonne fête à chacune et chacun ! … Tous, libanais, congolais, argentin, vietnamien, berbère, français même, et bien d’autres, tous, vous êtes le visage de Dieu. Les saints, tous les saints, je n’ai pas à les idolâtrer, nous rappellent nos frères protestants. Ils sont seulement des balises pour cheminer dans l’obscurité vers l’Agneau de Dieu. Si je les idolâtre, ils m’éblouissent et je ne peux plus avancer. La sainteté est humble, dit Jacques Leclerq [prêtre, théologien (1891-1971)], elle n’est pas humiliée, la perfection est humiliée par son péché, elle ne le supporte pas. Et on est humble quand on consent à être pauvres, à être et à devenir. Entrons dans cette eucharistie en communion avec les saints, dans un cœur pauvre.

Livre de l'Apocalypse 7,2-4.9-14.
Psaume 24(23),1-2.3-4ab.5-6.
Première lettre de saint Jean 3,1-3.
Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 5,1-12a.
***

HOMELIE – La Toussaint invite à regarder comme le Christ regarde. Il s’émerveille de la sainteté où l’Esprit est à l’œuvre. Ainsi remarque-t-il cette veuve et son geste où elle offre 2 piécettes qui sont toute sa vie. Ainsi accueille-t-il ce fils prodigue qui revient de son long chemin piteux d’errances. Ainsi regarde-t-il la Samaritaine et ses soifs inassouvies… Tous ces pèlerins de rien du tout qui tiennent en eux des trésors sans le savoir, son regard les accueille. Ils sont des anges envoyés aux hommes, sans même le savoir, trop pris par leur peine. Ils sont en quête d’horizon, de paix, sans voir qu’ils sont des cadeaux de Dieu faits aux humains.

Heureux sont-ils. Ils ont choisi la JOIE. Ils font vivre le cœur, pas la tête, le brio, les apparences. Au point d’être vulnérables, d’éprouver un cœur blessé, en manque, tourné vers l’Essentiel. Heureux les pauvres de cœur ! … Ils laissent couler le fleuve de leurs larmes, la compassion les saisit, pas de désir d’une maîtrise toute-puissante. Heureux ceux qui pleurent ! … On entend poindre des réactions « les migrants, on n’en veut pas » ! Le monde semble grouiller de voleurs, de fraudeurs, souvent parmi les riches et les puissants. « Le monde ne connaît pas » les saints, dit la lettre de Jean. Accueillir le regard du Christ est notre porte étroite. Ces gens vêtus de blanc ont préféré la sainteté, dénonçant le mal et choisissant la vie, la joie, le cœur ! Ils se tiennent debout, devant l’Agneau, vêtus de blanc et les palmes à la main. Voici le but.

Certains ont grimpé le Mont Blanc, le Dôme des Ecrins, l’Everest peut-être même. La sainteté ne fait grimper qu’une montagne : la montagne du Seigneur. Le psaume le chante.  Les héros de cette montagne, ce sont une veuve très pauvre, une étrangère en quête de mari, un fils perdu lamentable-ment, un gars des impôts, Lévi, sur qui le Christ a posé son regard. C’est le peuple de ceux qui cherchent la Vie, la Joie… Ensemble, accueillons, rendons grâce.

Père Olivier de Framond, image http://image.slidesharecdn.com/messetoussaint2014-150114144435-conversion-gate01/95/diaporama-intgral-de-la-messe-de-la-toussaint-2014-37-638.jpg?cb=1421270531

Publié dans 2016 framond