Retour sur le 24 décembre 2014 : une veillée de Noël pas comme les autres…

Publié le par Myriam H.

J’étais donc comme tous les mercredis soir à l’adoration du Saint-Sacrement.

Il y a une adoration perpétuelle organisée sur notre paroisse. 

La première messe de Noël « des familles » s’était terminée vers 20 h 15 et le sacristain voulait fermer l’église mais trois personnes (pas des habitués de la paroisse) disent qu’elles veulent rester là pour attendre la veillée et la messe à 23 h 30… problème, l’église devait être fermée et le sacristain ainsi que  Monsieur le Curé avaient un autre programme…  La dame la plus âgée renchérit « vous n’allez quand même pas nous mettre à la porte une nuit de Noël ». Hum, les deux « responsables » étaient bien embêtés. Ils ont eu alors la lumineuse idée de leur proposer de descendre à la crypte pour l’adoration du Saint-Sacrement. 

Aussitôt dit, aussitôt fait.  Nous nous sommes ainsi retrouvés 4 larrons près du Seigneur…  Mais la jeune dame avait froid, elle avait aussi des problèmes de cœur (amour), et elle trainait un gros rhume….  Aussi, nous la faisons s’installer près du chauffage, nous cherchons  comment la soulager, nous lui demandons s’il faut la conduire chez un médecin… mais elle boit de l’eau que le Monsieur avait dans sa poche et puis s’apaise un peu, tout semble se calmer. Du coup la dame plus âgée vient se placer à côté de moi pour faire conversation - conversation bien intéressante en l’occurrence -. Puis la jeune dame dit alors qu’elle voudrait se confesser. L’autre lui répond : « pas de chance, c’était cet après-midi de 16 à 18 h ».  Sursaut de ma part, « Mais le Père Guy va venir adorer à partir de 21 h, vous pourrez le lui demander »… 

Dès son arrivée, elle l’interpelle et après que je l’aie revêtue de mon châle et de ma veste pour qu’elle n’ait  pas froid, elle allait dans un coin non chauffé de la crypte. Elle s’abandonne à la miséricorde du Bon Dieu avec le Père Guy - aumônier de prison - qui écoute et encourage de tout son cœur de prêtre…  Et ça dure, ça dure…  Et puis la dame plus âgée y va aussi.   Pendant ce temps-là,  le Monsieur restait paisiblement en prière et n’avait rien dit contre ces trois femmes et ce prêtre qui parlaient…  Il  avait été l’orant par excellence… 

Et alors nous sommes entrés tous les cinq dans une grande  paix, oui quel paix, quel recueillement pour poursuivre l’adoration…  Vraiment comme c’était beau …  humanisation… divinisation…  Dieu nous appelle à être pleinement humain pour être pleinement enfant de Dieu !

Bon temps de Noël et bon réveillon à vous tous !

Myriam Hopperets

Image http://p1.storage.canalblog.com/12/17/249840/34480278.jpg

Publié dans Notes de vécu