La journée du patrimoine de cette année : « Venez et voyez »

Publié le par Kim-Liên T.

Je connais l’existence de cet endroit – l’« Eglise orthodoxe » de Toulouse depuis plus de 20ans, mais je n’y étais jamais entrée. Lors de la journée du patrimoine de cette année, ce lieu a ouvert ses portes pour accueillir les visiteurs. Pour moi, ce qui m’a le plus frappé c’est la beauté des icônes.

Les icônes orthodoxes

Icône orthodoxe représentant Jésus
Partout, des icônes que les fidèles vénèrent (représentation = idée qu’il y a une présence). Lorsqu’un orthodoxe embrasse une icône ou se prosterne devant elle, il ne s’adresse évidemment pas au bois ou à la peinture mais à la personne, à l’événement qui y figure : l’icône n’est pas une idole, mais un symbole que l’on vénère, à l’inverse de l’adoration qui est due à Dieu seul. On pourrait dire que l’icône ne représente pas tant une image mais qu’elle rend présent.
Les icônes sont ainsi comme des livres ouverts qui les font se souvenir de Dieu ; elles sont un des moyens que l’Église utilise pour enseigner la foi. L’icône n’est pas tant quelque chose qu’on regarde, mais qu’un être qui vous regarde. La réalisation des icônes est un acte de foi.
( http://www.chretiensaujourdhui.com/eglises-oecumenisme/les-orthodoxes/ )
Merci pour toutes les explications des guides de cette paroisse Orthodoxe Russe de St Nicolas le Thaumathurge qui se sont adressés sincèrement à moi : l’hiéromoine (moine) Alexis, le jeune homme croyant et le peintre.
A travers cette visite et ces brèves rencontres, j’ai bien perçu la différence de compréhensions entre eux et nous, les idées pas toujours accordées que nous nous faisons les uns des autres.
Visite certes bien rapide mais qui m’a ouverte un peu à un nouvel univers de la foi chrétienne. Maintenant, lorsque je passerai devant cette Eglise, des visages me reviendront. N’ayons pas peur de faire tous ces petits pas les uns envers les autres ; sachons recevoir les richesses de l’autre ; sachons recevoir sans jugement… comme jadis le firent les premiers disciples lorsqu’ils suivirent le Maître qui leur avait dit : « venez et voyez ! »
Osons en nos vies, pousser des portes inconnues, goûter la rencontre de l’autre…
Je me tiens devant le mur qui sépare le prêtre, célébrant la cérémonie et l’assemblée des croyants, il s’appelle l’iconostase.
Kim-Liên T.

Publié dans Notes de vécu

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :